Comment vous aider à agir avec un principe universel

 

 « Le secret du succès est d’apprendre comment utiliser la douleur et le désir, au lieu de laisser la douleur et le désir vous utiliser » Anthony Robbins.

Commençons par le commencement, toutes nos actions sont poussées par deux leviers : La douleur et le désir.

L’être humain peut faire des choses incroyables pour assouvir un désir ou un plaisir ou pour éviter des douleurs ou des peurs.

Pour vous aider à être plus motivé et à agir tout de suite, posez-vous ces questions :

Quelle la douleur ou le plaisir qui est en relation directe avec mon objectif ? et l’utiliser pour se motiver.

Puis que se passerait-il si je n’atteignais pas mon objectif ? (Les sentiments négatifs qui s’y découlent)

Nous sommes nés avec le principe de gratification immédiate. Par exemple, notre corps nous demande de manger du sucre pour nous sentir bien tout de suite. Une fois le sucre ingéré, il produit des hormones de bonheur tel la sérotonine et la dopamine, le bonheur que procure ces hormones ne dure pas longtemps mais les effets sur le corps peuvent être dévastateurs à long terme.

Penser à l’effet à long terme, problème de pancréas, diabète, amputation d’une jambe… peut être efficace pour certains. Si vous réussissez à identifier et visualiser les produits sucrés puis les connecter, non pas au plaisir immédiat qu’ils procurent, mais à une amputation d’une jambe, vous n’en mangerez plus jamais de votre vie. Je ne veux pas que vous alliez jusque-là mais juste pour que vous compreniez l’idée.

Le système de motivation de l’être humain est régi par les principes de douleur et de désir. Ces principes, si utilisés correctement, peuvent augmenter votre niveau de motivation et vous pousser à agir et à atteindre vos objectifs.

Comprendre ces principes va aussi vous aider à comprendre le genre humain puisque tout le monde est guidé par des pulsions de désir ou de peur de la douleur.

Votre degré de motivation va dépendre de la manière et l’intensité avec laquelle vous identifiez la douleur ou le plaisir, avec les objectifs que vous vous fixez.

La douleur peut être court terme ou long terme. Même chose pour le plaisir. Ce que vous devez savoir, c’est qu’il n’y a pas de plaisir sans un minimum de douleur. Mais vous ne devez pas avoir peur de cette petite douleur surtout si le résultat procure beaucoup de plaisir à long terme et en continu.

 

A votre avis qu’elle est celle qui génère la plus grande motivation ? La douleur ou le plaisir ?

La réponse est la douleur !

La plupart des gens sont plus motivés à éviter une douleur que d’avoir du plaisir.

Par exemple, quand je parle à une personne saine physiquement, et que je luis conseille une hygiène de vie plus saine pour être en meilleure forme et avoir plus d’énergie. Je n’ai pas beaucoup de succès et je ressens peu d’enthousiasme de sa part. A l’inverse, quand je parle à une personne malade, j’ai souvent toute son attention et je vois dans ses yeux une motivation à agir et suivre mes instructions.

Autre chose, Notre cerveau a plus de facilité à se rappeler de choses négatives que positives. Les émotions liées à un événement négatifs sont très fortes. Utilisez ces émotions comme carburant et non comme sujets de lamentations. Rappelez-vous comment c’était difficile, utilisez cette mémoire pour éviter de les revivre à nouveau. Mais utilisez ces événements négatifs avec parcimonie, il ne faut pas vivre dans le passé surtout quand on se rappelle que des parties négatives.

 

 

Pour votre santé,

Stéphane Holistique

 

 

Recherches utilisés pour trouver cet article : colique néphrétique traitement,colique néphrétique urgences,colites néphrétiques,ganglions nephretique

Mon astuce pour agir et éviter les récidives

 

Je suis souvent confronté à un problème, non, plutôt une frustration : Celle de voir des personnes malades et capables de se soigner, se laisser aller jusqu’à avoir des récidives dangereuses et handicapantes. Cela peut être une maladie comme le diabète, la goutte ou encore un calcul rénal. Ce dernier par exemple peut être évité grâce à un changement alimentaire et une bonne hygiène de vie. Mais alors pourquoi les gens continuent d’avoir des récidives et des rechutes et refusent, pour la plupart, d’agir sérieusement et concrètement ?

Il y a certes des cas plus compliqués que d’autres avec des besoins de changements plus radicaux et de ce fait une plus grande motivation à agir.

Mais pour la plupart des personnes ayant eu un ou plusieurs épisodes de calculs rénaux, la solution est plus simple que ce que l’on ne pense, il suffit d’agir et de suivre quelques recommandations alimentaires. Mais toujours est-il que près de 70% des gens font une récidive dans les 10 ans après le premier épisode !

Comment faire pour ne pas se laisser aller et éviter les récidives ?

 

Mon astuce pour agir et garder la motivation

 

J’ai trouvé une astuce incontournable que j’ai appliqué durant de longues années pour agir et ne pas laisser la maladie prendre le dessus.

Mais avant de vous dévoiler mon astuce, laissez-moi vous expliquer ce que c’est que des calculs rénaux et leurs crises. Ce sont des petits cristaux épineux de 0.3 à 2cm qui se forment dans les reins puis migrent dans un petit canal reliant les reins à la vessie. C’est à ce moment que les douleurs commencent, quand le calcul se bloque dans le petit canal de l’uretère et provoque une crise de colique néphrétique avec des vagues de douleurs, connues pour être parmi les plus insupportables.

Pour ceux, comme moi, qui ont vécu une crise de colique néphrétique, on est tous sorti de l’hôpital avec une seule idée en tête : tout faire, absolument tout faire, pour que cela ne se reproduise plus jamais.

Seulement voilà, le temps passe, le souvenir de l’épisode douloureux s’estompe puis se dissipe dans les méandres de la mémoire des sens.

Plus la mémoire de la douleur s’estompe plus la motivation qui était très forte au moment de la crise douloureuse s’affaiblit.

Il devient donc évident que la meilleure manière pour retrouver la motivation du début est non pas de revivre l’épisode littéralement (ne soyons pas sadique) mais d’avoir un souvenir tellement vivace de la crise que l’on va ressentir la peur d’avoir mal à nouveau.

Ce que je propose est une sorte de variante de rappel des objectifs. Je m’explique :

Il est connu dans le monde fantastique du développement personnel une astuce qui consiste à se rappeler et lister ses objectifs le matin au réveil pour les visualiser et se projeter vers un futur meilleur. Cela donne une motivation et une confiance en soi.

Je propose, au lieu de visualiser un soi non malade, ce qui paraît très banal quand on est en bonne santé au moment de la visualisation ; de faire au contraire une visualisation négative, de ce qui pourrait se passer si l’on ne suit pas les mesures qui vont nous éviter les récidives et qui seules peuvent nous garder justement en bonne santé.

Se rappeler de la douleur atroce,du voyage en ambulance ou en voiture/taxi vers les urgences, de la peur de mourir ou de perdre un rein, de la douleur insupportable encore une fois ; permet de réveiller la motivation d’agir pour éviter les récidives.

Pour ce faire, on peut soit :

  • Se plonger dans le dossier médical, voir les échographies/scanners, les analyses d’urine contenant du sang de la paroi déchirée de l’uretère, voir la liste des médicaments et antidouleurs.
  • Se rappeler de l’intervention chirurgicale, de la pose de la sonde.
  • Parler du dernier voyage aux urgences à un proche pour revivre les évènements.
  • Lire sur les forums ou commentaires les histoires de personnes ayant récemment fait une crise.

Je suis conscient que ce genre de méthode n’est pas bien vu par la communauté bienveillante de développement personnel. Mais il faut savoir que la peur d’être en mauvaise santé et surtout d’avoir des douleurs atroces est plus motivante que le bonheur d’être en bonne santé. Bien évidemment, il suffit à certains de se visualiser en bonne santé pour avoir la motivation nécessaire mais pour d’autres, comme votre serviteur, il faut passer par d’autres moyens plus persuasifs.

 

Pour votre santé,

Stéphane Holistique

Recherches utilisés pour trouver cet article : jai une maladé de lagoute apres ecographie abdominale jai trouvé dés calcule au rein esque cest la cause de la goute,les episodes des calculs rénaux

Elle va aux urgences pour des calculs rénaux et fini par avoir un bébé

 

Entrée aux urgences pour des douleurs de coliques néphrétiques mais qui s’avère être des douleurs d’accouchement.

Image du bébé surprise

Lire la suiteElle va aux urgences pour des calculs rénaux et fini par avoir un bébé

Recherches utilisés pour trouver cet article : colique néphrétique causes

Colique néphrétique chez les enfants

 

Chez un enfant, les calculs rénaux surviennent quand les urines deviennent trop concentrées en composés organiques au point de s’agglutiner entre eux pour former des cristaux solides.
Des calcul rénaux peuvent se loger dans les conduits urinaires, les bloquer et mener à des coliques néphrétiques douloureuses avec ou sans infections.

 

colique néphrétique chez un enfant

Lire la suiteColique néphrétique chez les enfants

Recherches utilisés pour trouver cet article : colique nephretique enfant,colique néphrétique chez l\enfant,cailloux dans les urines chez les enfants,coliques bebe 2 ans,colites nefretiques enfant,colliques néphrétiques enfant,cristaux de calcium dans les urines enfant,sable dans les urines enfant,traitement de la colique nephretique de l\enfant,colique nephretique pediatrique

Comment supprimer la douleur de colique néphrétique sans obstruction 3/3

 

Comme on l’a vu sur L’énigme de la douleur fantôme de la colique néphrétique sans obstruction et Histoire d’une douleur sans obstruction. La douleur d’une colique néphrétique alors qu’il n’y a pas de calcul rénal qui bloque le canal de l’uretère reste mal diagnostiqué ou plutôt mis à l’écart. Pourquoi?

Tout simplement parce qu’il n’y a pas de preuve de la douleur. Pour certains, s’il n’y a rien sur le scanner, il n’y a pas de douleur !
Reste que beaucoup de patients ont mal, il faut bien les prendre en charge.

Lire la suiteComment supprimer la douleur de colique néphrétique sans obstruction 3/3

Recherches utilisés pour trouver cet article : douleur rein nuit et calcul sans crise colique

Histoire d’une douleur de colique néphrétique sans obstruction 2/3

 

C’est l’histoire d’une femme qui avait souffert pendant des mois de douleur sur son flanc gauche. Ce qui l’empêchait de travailler ou de vivre normalement, obligée de se faire assister pour tous ses faits et gestes.
Lors de son passage aux urgences, un scanner a révélé un calcul rénal de 7mm logé dans le rein gauche mais sans obstruction ni inflammation des conduits urinaires. Le calcul ne devrait faire aucun mal, sur le papier puisqu’il ne devrait pas générer de douleur de colique néphrétique. Alors quel est la cause de cette forte douleur ?

Lire la suiteHistoire d’une douleur de colique néphrétique sans obstruction 2/3

Recherches utilisés pour trouver cet article : lithotritie extracorporelle effets secondaires

L’énigme de la douleur de la colique néphrétique sans obstruction 1/3

 

Quand un calcul rénal ou tout autre « chose » (tumeur ou caillot de sang) obstrue le passage de l’urine, il y a colique néphrétique avec d’atroce douleur. Jusque là tout le monde est d’accord.
Certaines personnes souffrantes de douleur du même type que ceux de la colique néphrétique, se rendent aux urgences, les urgentistes ne trouvent aucun calculs bloquants le passage de l’urine. Par contre ils peuvent trouver des calculs dans le rein mais rien d’alarmant puisqu’ils ne bloquent rien, ils sont juste là, posé dans un coin (en générale dans les calices).
Sauf que ces personnes souffrent vraiment. Que peuvent-ils faire ?

Urgences_colique nephretique

Lire la suiteL’énigme de la douleur de la colique néphrétique sans obstruction 1/3

Recherches utilisés pour trouver cet article : colique néphrétique sans calcul,douleur colique néphrétique sans calcul,douleur rein sans calcul,mal au rein mais pas de calcul cause

Les 3 phases de la douleur de la colique néphrétique 6/6

 

La douleur n’est pas uniforme dans une colique néphrétique, il y a différentes sensations à différents moments de la crise.

Les travaux du professeur en urologie Edwin Darracott Vaughan sont d’une aide précieuse pour disséquer les phases de la douleur, leurs causes et leurs conséquences.

 

phase et durée colique néphrétique

 

Lire la suiteLes 3 phases de la douleur de la colique néphrétique 6/6

Recherches utilisés pour trouver cet article : combien de temps dure une colique néphrétique,coliques néphrétiques,colique nephretique durée,douleur colique nephretique,durée colique néphrétique,duree crise colique nephretique,combien de temps dure une crise de colique nephretique,combien de temps pour eliminer un calcul renal,temps evacuation calcul renal,mal de rein colique

La colique néphrétique : une avalanche de réaction douloureuse 5/6

 

Continuons notre ballade dans le rein, le calcul rénal vient d’obstruer la voie qui mène l’urine du rein à la vessie. Le rein continue à filtrer le sang car c’est un processus vital pour le corps. Le rein n’étant pas extensible, il commence ressentir de la pression, les nerfs envoient des signaux de détresse et vous commencez à avoir mal. Une hormone est alors sécrétée, la prostaglandine E2. Cette hormone est un médiateur chimique de traumatisme et de blessure, et crée une véritable avalanche !

avalanche colique néphrétique

 

Lire la suiteLa colique néphrétique : une avalanche de réaction douloureuse 5/6

Les symptômes d’une colique néphrétique 4/6

 

En plus de la douleur, d’autres symptômes peuvent être ressenti lors d’une colique néphrétique. Beaucoup des nerfs sollicités durant l’obstruction de l’urètre sont intimement liés aux innervations d’autres organes adjacents, notamment le système digestif.

 

nerfs entremellés

Lire la suiteLes symptômes d’une colique néphrétique 4/6

Recherches utilisés pour trouver cet article : colique nephretique symptomes,colite néphrétiques symptômes,coliques néphrétiques symptomes,symptôme colique néphrétique,symptômes coliques néphrétiques,colique nephretique symptome,infection colique,symptômes des coliques néphrétiques,symptôme colique néphrétique sans calcul,nausées et colite

La cause de la douleur de la colique néphrétique n’est pas ce que vous pensez! 3/6

 

Beaucoup de personnes pensent que la douleur est due essentiellement au passage d’un calcul épineux qui blesse les parois de l’uretère joignant le rein à la vessie. La réalité est que la douleur la plus significative pour ne pas dire atroce et insupportable est celle de la pression que subit le rein.

C’est pour cette raison que certains médecins conseillent d’arrêter de boire pendant une crise de colique néphrétique pour ne pas rajouter plus de pression. Plus d’eau donne plus d’urine donne plus de volume donne plus de pression.

 

ballon de baudruche

 

Lire la suiteLa cause de la douleur de la colique néphrétique n’est pas ce que vous pensez! 3/6

Recherches utilisés pour trouver cet article : collique nephretique causes

Comment la douleur de la colique néphrétique commence ? 2/6

 

La première étape du processus est une obstruction aiguë à la sortie du rein ou à l’entrée du canal d’uretère qui transporte l’urine du rein à la vessie.
En général le blocage vient de cristaux d’oxalate de calcium ou une une autre forme de calculs rénaux.

L’urine produite par le rein ne peut plus passer vers la vessie. Les cavités rénales se remplissent d’urines, ce qui génère une pression en amont au niveau du rein.

 

douleur colique nephretique

stone: pierre ; ureter: uretère ; bladder: vessie ; urethra: urètre

Lire la suiteComment la douleur de la colique néphrétique commence ? 2/6

Recherches utilisés pour trouver cet article : calcul rénal testicule,Douleur de la colique néphrétique,douleur testicule et calcul,etape colique,testicule qui fait male et se répandent vers le rein

Des métiers à colique nephretique

 

Jusqu’à aujourd’hui, le moyen le plus facile et pas cher d’éviter une colique nephretique due à un ou plusieurs calculs rénaux, reste de boire de l’eau.

Mais devant la réalité de notre quotidien, il n’est pas toujours facile de le faire surtout si on n’y est pas habitué.

Certains clament qu’ils n’ont pas le temps. Au début je ne comprenais pas. A mes yeux, boire un verre d’eau toutes les 2 heures par exemple demande 30 secondes. J’ai compris par la suite que le souci n’était pas le temps de boire, mais plutôt le temps d’aller aux toilettes pour évacuer ce qu’on a bu. Et c’est là où plusieurs professions peuvent être un réel frein.

chirurgien_colique nephretique

Lire la suiteDes métiers à colique nephretique