Histoire d’une douleur de colique néphrétique sans obstruction 2/3

 

C’est l’histoire d’une femme qui avait souffert pendant des mois de douleur sur son flanc gauche. Ce qui l’empêchait de travailler ou de vivre normalement, obligée de se faire assister pour tous ses faits et gestes.
Lors de son passage aux urgences, un scanner a révélé un calcul rénal de 7mm logé dans le rein gauche mais sans obstruction ni inflammation des conduits urinaires. Le calcul ne devrait faire aucun mal, sur le papier puisqu’il ne devrait pas générer de douleur de colique néphrétique. Alors quel est la cause de cette forte douleur ?

Spécialiste de la douleur

Elle s’est convaincu que la douleur venait de ce calcul rénal mais aucun autre médecin n’était de cet avis. Elle est renvoyée avec une prescription médicale d’anti-douleur et une recommandation pour voir un spécialiste de la douleur.
Le spécialiste de la douleur a essayé une thérapie pour soigner ce qu’il avait diagnostiqué comme un problème musculo-squelettique. Mais sans résultat probant. Il lui a prescrit encore plus d’anti-douleur.
(Attention les médicaments anti-douleur type opiacés peuvent rendre dépendants, certains malades ont fini par devenir de vrais drogués et passent même à l’héroïne!)

 

2ème avis d’urologue

Notre malade prend rendez-vous avec un second urologue qui lui a tenu le même discours. Vous ne pouvez pas avoir autant mal à cause d’un calcul qui ne bloque pas l’uretère (canal entre le rein et la vessie). Mais cette fois elle a été accusée de feindre une douleur uniquement pour recevoir une prescription d’anti-douleur (chose courante pour les drogués ou dépendants dont une partie commence par les anti-douleur opiacés).

 

Les accusations continuent

Un autre médecin l’a carrément engueulé car ayant eu lui même des calculs rénaux sans obstruction et sans douleur, il était bien placé pour savoir qu’il n’y a pas de douleur tant que le calcul ne bloque le flux urinaire.
Moi-même j’avais 2 calculs de 7mm chacun dans les calices de mon rein gauche. Et je ne les sentais pas du tout. Mais cela n’empêche pas d’avoir des personnes avec d’autres circonstances avec des calculs différents à des endroits différents qui peuvent créer des douleurs.

Une douleur ne doit jamais rester sans diagnostique approfondi. Car il y a toujours une cause qu’elle soit physique ou psychique. D’ailleurs les anti-dépresseurs sont souvent administrés pour des douleurs dont on ne connait pas la cause au cas où elles seraient psychiques (toujours sans diagnostique approfondi malheureusement).

 

La fin du calvaire

Finalement, elle est enfin tombée sur un urologue qui a bien voulu prendre sa douleur en considération, en allant traiter la cause du problème au lieu de la gaver d’anti-douleur.
Elle a eu droit à une lithotripsie extracorporelle pour éliminer son calcul rénal. Qui n’est pas sans danger, mais qui s’est bien passé. Avec une pose d’une sonde pendant une semaine.
Cinq semaines plus tard, elle a dit n’avoir plus aucune douleur et s’être débarrassée de tous les anti-douleurs.

 

Une méthode naturelle et tout aussi efficace

Une autre méthode permet aussi de se débarrasser des calculs rénaux, sans danger, sans sonde, chez vous, sans faire le parcours du combattant médical et de manière naturelle. A découvrir prochainement sur ce blog 😉

 

Pour votre santé,
Stéphane Holistique

 

Dossier douleur de la colique néphrétique sans obstruction :

 

Recherches utilisés pour trouver cet article : lithotripsie calcul renal,lithotritie extracorporelle,la lithotritie extracorporelle calcul biliaire,lithotripsie

1 réflexion au sujet de “Histoire d’une douleur de colique néphrétique sans obstruction 2/3

Laisser un commentaire