Calculs rénaux, comment prévenir les récidives ?

Les calculs rénaux et les douleurs de coliques néphrétiques, j’espère ne jamais avoir à surmonter cela. Et je l’espère pour vous aussi.

Malheureusement, les calculs rénaux deviennent de plus en plus fréquents. Arrivé à l’âge de 70 ans, environ 11% des hommes américains auront eu un épisode de calculs rénaux. Pendant ce temps, l’incidence des calculs rénaux aux États-Unis a bondi de près de 35% entre 1980 et 1994. Remarque intéressante, cette augmentation est parallèle à l’augmentation de l’obésité.

Les calculs rénaux et les coliques néphrétiques qui en découlent sont extraordinairement douloureux, on donc tous intérêt à prévenir les récidives.

Qu’est ce qu’un calcul rénal ?

Nos reins gardent notre sang propre en éliminant les déchets par l’urine. Lorsqu’il y a un excès de déchets ou pas assez de volume de liquide, l’urine devient sursaturée, les déchets peuvent s’agglomérer et cristalliser et une pierre peut se former. Les pierres peuvent être minuscules comme un grain de sable ou grand comme une balle de golf.

Les calculs peuvent traîner dans les reins pendant des années sans créer d’obstruction. Mais quand un calcul rénal bloque l’uretère, la douleur survient, c’est la colique néphrétique. Le canal de l’uretère se rétrécie près de l’entrée de la vessie, c’est là où la plupart des pierres se bloquent. Comme les cailloux peuvent avoir des arêtes vives et épineuses, elles peuvent blesser l’uretère. S’ensuit un écoulement sanguin dans les urines. Si vous voyez du sang dans vos urines lors des mictions, il serait préférable d’aller consulter au plus vite avant que la douleur ne s’accentue.

Les spécialistes pensent que les gens qui forment des calculs rénaux manquent de produits chimiques spécifiques dans l’urine pour les prévenir, appelé inhibiteur de cristallisation comme le citrate, le magnesium, les mucoproteines TammHorsfall, glycosaminoglycane, pyrophosphate. D’autres facteurs comme l’hypertension artérielle, les maladies cardiovasculaires, le diabète de type 2, et l’obésité, peuvent également augmenter vos risques.

Heureusement, vous pouvez limiter vos risques avec ces conseils nutritionnels de base.

Buvez beaucoup d’eau

Obtenir suffisamment de liquide est vital pour la prévention des calculs rénaux. Sans eau à un niveau suffisant, l’urine devient plus concentrée, conduisant potentiellement à la formation de cristaux.

D’autre part, les jus de fruits sucrés et les boissons de Cola semblent augmenter le risque de former des calculs. Continuez à boire de l’eau et les aliments riches en eau comme les concombres, les melons et la pastèque. Buvez au minimum deux litres de liquide par jour ; plus si vous faites du sport ou transpirez.

Petite astuce : ajouter une pression de citron à votre eau ; le citrate contenu dans les citrons peut aider à protéger contre les récidives de calculs rénaux.

Équilibrez vos apports en protéine avec des fruits et des légumes

Les études suggèrent que les personnes qui mangent un régime alimentaire à base de plantes ont tendance à avoir une incidence plus faible de calculs rénaux (environ le 1/3). Une des raisons peut être que les protéines animales rendent l’urine plus acide, ce qui peut contribuer à la formation de certains calculs rénaux.

Remarque : vous n’avez pas à manger moins de viande pour éviter les calculs rénaux. Plutôt, équilibrer l’acidité des protéines en mangeant des fruits et des légumes proportionnellement à votre consommation de protéines.

Equilibrer votre consommation de calcium

Des niveaux plus élevés de calcium dans l’urine peuvent augmenter les chances de calculs rénaux pour certaines personnes. Le calcium est le minéral le plus abondant dans les calculs rénaux.

Mais un régime à faible teneur en calcium peut aussi être dangereux. Le calcium peut aider à nettoyer les déchets avant qu’ils ne soient filtrés par les reins et un manque de calcium peut effectivement conduire à l’accumulation de calcium dans l’urine et au final à des calculs rénaux.

Donc, chercher des sources alimentaires saines de calcium, il suffit de le consommer avec modération.

Evitez les compléments de calcium sans en avoir informé votre médecin de votre historique de calculs rénaux.

Diminuez votre sodium

Des niveaux élevés de sodium dans l’alimentation peuvent augmenter le risque de calculs rénaux.

Dans le régime typiquement occidental, la plupart du sodium provient d’aliments transformés. Vous pouvez limiter votre consommation de sodium considérablement simplement en passant à des aliments entiers non transformés. Rien que cela peut grandement diminuer la quantité d’oxalate et de calcium dans l’urine et donc réduire votre risque de récidives.

Abandonnez les régimes Yo-Yo

Les grands repas et le grignotage, surtout la nuit, peuvent conduire à une urine très concentrée. En outre, le régime Yo-Yo décompose à plusieurs reprises la graisse corporelle stockée, ce qui crée des sous-produits métaboliques qui doivent filtrer à travers les reins. Ces sous-produits tendent à rendre l’urine plus acide, ce qui peut conduire à des calculs rénaux.

Pendant ce temps, les régimes riches en graisses/protéines et faible en glucides peuvent augmenter l’acidité urinaire, le citrate urinaire diminue, et le calcium urinaire augmente, ce qui peut contribuer à la formation de nouveaux calculs rénaux.

Conclusion

Vous avez peut-être remarqué que tous ces conseils sont des principes de base d’une alimentation saine. Même si vous n’êtes pas une personne à risque pour les calculs rénaux, une alimentation équilibrée et une bonne quantité d’eau ne vous fera que du bien.

Pour votre santé,

Stéphane Holistique

Recherches utilisés pour trouver cet article : pert on du poid quand on a des calcul renal,prévenir calculs rénaux
 
 
Summary

Hydronéphrose et rein dilaté, danger !

L’hydronéphrose, ou le rein dilaté, survient lorsque l’urine recule dans le rein. Habituellement, l’urine peut couler des reins vers la vessie. Mais lorsqu’un blocage ou une obstruction l’entrave, comme un calcul rénal lors d’une colique néphrétique, l’hydronéphrose peut se développer.

Qu’est-ce que l’hydronéphrose ?

L’appareil urinaire se compose de deux parties distinctes. La fonction des reins est de filtrer l’eau supplémentaire, le sel et les déchets. Le but de la deuxième partie est de servir de système de collecte et d’excrétion pour l’urine. Si le système de prélèvement d’urine est bloqué, l’urine peut s’accumuler, ce qui se traduit par un gonflement du rein. Lorsque le problème affecte un rein, il s’agit de l’hydronéphrose unilatérale ; Lorsque les deux reins sont touchés, c’est l’hydronéphrose bilatérale.

Au départ, une personne avec hydronéphrose peut ne pas éprouver de signes visibles suggérant qu’il y a un problème. Mais au fil du temps, les signes et les symptômes peuvent survenir graduellement, provoquant un malaise et les obligeant à voir un médecin. L’ampleur des symptômes que les patients sont susceptibles d’éprouver dépend de la raison du blocage et de sa sévérité.

Pour maximiser les résultats de récupération, plus tôt une personne peut chercher un traitement pour hydronéphrose, le mieux. En raison de l’hydronéphrose non traitée, la fonction rénale peut diminuer, et des dommages durables pourraient survenir à l’un ou les deux des reins, ce qui pourrait entraîner une insuffisance rénale plus tard.

Facteurs de risque

Il n’y a aucun facteur de risque connu associé à un diagnostic d’hydronéphrose. L’hydronéphrose peut affecter les personnes de tous âges, débutant avant la naissance à l’âge adulte. Si l’hydronéphrose survient avant la naissance, il est connu comme hydronéphrose prénatal ou hydronéphrose fœtale.

Selon le département d’urologie de l’école de médecine de l’Université de Caroline du Nord (UNC), les garçons sont quatre à cinq fois plus susceptibles d’éprouver l’hydronéphrose que les filles.

Cependant, l’école de médecine UNC note que la maladie n’est pas liée à l’histoire familiale. Dans le cas de l’hydronéphrose fœtale, ils soulignent que l’on ne peut pas prévenir la maladie, et son apparition n’est pas causée une action précise pendant la grossesse. Les parents ne sont pas responsables.

Signes et symptômes

Une personne avec une hydronéphrose peut ne pas être au courant du problème. Lorsque les symptômes sont présents, ils peuvent apparaître dans un intervalle de temps qui pourrait couvrir des heures à des semaines, voire des mois. Les symptômes peuvent inclure :

  • Douleur dans l’abdomen, les côtes ou le dos (douleur du flanc)
  • Douleur pendant la miction
  • Sang dans l’urine (hématurie)
  • Nausées
  • Vomissements
  • Infection des voies urinaires
  • Fièvre
  • Une envie plus intense d’uriner
  • Les changements de fréquence urinaire, soit plus soit moins
  • Impossible de vider complètement la vessie
  • Faible flux urinaire
  • Un sentiment général de fatigue
  • Incontinence
  • Les nourrissons peuvent démontrer une incapacité à prospérer
  • Dans les cas extrêmes, le gonflement des reins peut être détectable en le regardant ou en touchant la région rénale.

Causes

Il y a beaucoup de raison où l’hydronéphrose peut se produire chez les personnes. Certaines de ces raisons incluent :

  • Des calculs rénaux qui se coincent dans les voies urinaires
  • Une tumeur située dans l’abdomen ou le bassin qui interfère avec le flux d’urine
  • Chez les hommes, l’hypertrophie bénigne de la prostate (HBP), ou une prostate élargie, peut rendre difficile le fait d’uriner.
  • Rétention urinaire
  • Rétrécissement des structures des voies urinaires
  • Prolapsus des organes du bassin
  • La grossesse, où l’utérus peut mettre la pression sur les voies urinaires en grossissant
  • Lésions nerveuses des nerfs qui vont à la vessie
  • Problèmes avec les muscles supportant les voies urinaires
  • Reflux vésiculaire, où l’urine prend le chemin inverse et passe de la vessie aux reins
  • Caillots sanguins
  • Moins couramment, l’endométriose et les kystes ovariens peuvent être des facteurs contributifs.

Diagnostic

Pour diagnostiquer la maladie, vous pouvez être envoyé chez un urologue. Certaines des méthodes utilisées pour déterminer si vous avez ou non l’hydronéphrose sont:

Évaluation physique : le médecin va prendre un compte rendu détaillé de vos symptômes et regarder la zone rénale. Ils pourraient palper la zone pour des signes de gonflement ou partie tendre.

Imagerie médicale : le médecin peut utiliser des ultrasons, des radiographies ou d’autres formes d’imagerie pour déterminer si votre rein est gonflé.

Analyses en laboratoire : le travail du laboratoire peut inclure des analyses de sang pour évaluer votre fonction rénale et vérifier si vous avez une infection. Vous pouvez également être invité à fournir un échantillon d’urine pour une analyse d’urines pour vérifier les signes d’une infection ou de calculs rénaux.

Traitement

Bien que le traitement de l’hydronéphrose varie en fonction de la cause, dans certains cas, la situation se résout d’elle-même sans intervention médicale. Dans les cas légers à modérés, votre médecin peut choisir d’attendre et de voir si la condition s’améliore par elle-même.

Dans les cas sévères d’hydronéphrose, le traitement peut inclure la chirurgie pour éliminer les blocages tels que des calculs rénaux, caillots de sang ou tumeur ; ou pour corriger le reflux de sorte que l’urine puisse couler dans sa direction habituelle, du rein vers la vessie. 

Si votre médecin soupçonne que vous avez une infection urinaire ou si vous êtes à risque d’en développer une, il pourrait vous prescrire des antibiotiques. Si c’est accompagné de forte douleur, des anti-douleurs peuvent être prescrits également suivant les cas.

Comme indiqué précédemment, lorsque une hydronéphrose sévère est laissée non traitée, ou que la maladie ne se résout pas par elle-même, elle pourrait entraîner des dommages irréversibles au rein. Mais la clinique Mayo rapporte que l’hydronéphrose est le plus susceptible d’affecter un rein, plutôt que deux. Les reins sont des organes puissants dans le corps, et, si nécessaire, un rein est capable de faire le travail de deux. Heureusement, la bonne nouvelle est qu’avec un traitement approprié, la condition est susceptible de s’améliorer.

Prévention

Lorsque la cause de l’hydronéphrose est déterminée, il peut y avoir certaines modifications de style de vie que les patients peuvent mettre en œuvre pour diminuer les risques de récidives. Par exemple, si une personne est sujette à des calculs rénaux, un régime spécialisé peut aider à éviter une récidive.

Comme autre exemple, si l’hydronéphrose est causée par la rétention urinaire, les problèmes musculaires et nerveux dans le bassin, ou le prolapsus d’organe, la thérapie de plancher pelvien d’un thérapeute physique formé peut aider à reformer la vessie pour travailler de manière plus normale.

Conclusion

Tout diagnostic médical peut être effrayant, mais heureusement, le pronostic de l’hydronéphrose est bon lorsque vous recherchez un traitement médical approprié. Si vous développez une fièvre, une douleur soudaine dans l’abdomen, les côtes ou le dos, ou tout autre symptôme de l’hydronéphrose, n’attendez pas pour obtenir les soins dont vous avez besoin ; consultez votre médecin dès que possible.

Attention plus particulière aux calculs rénaux qui, lorsqu’ils bloquent le flux urinaire, créent une hydronéphrose soudaine avec des douleurs de colique néphrétique. Si l’hydronéphrose persiste il faut absolument soulager les reins au risque de les endommager de façon irréversible.

Pour votre santé,

Stéphane Holistique

Sources :

Thomas DF. Prenatally detected uropathy : Epidemiological considerations. Br J Urol 1998;81(Suppl. 2):8-12.

Chevalier RL, Thornhill BA, Chang AY, et al. Recovery from release of ureteral obstruction in the rat : Relationship to nephrogenesis. Kidney Int 2002;61:2033-43.

Chevalier RL, Cachat F. Role of angiotensin II in chronic ureteral obstruction. Contrib Nephrol 2001; 135:250-60.

Grignon A, Filion R, Filiatrault D, et al. Urinary tract dilatation in utero : Classification and clinical applications. Radiology 1986;160:645-7.

Recherches utilisés pour trouver cet article : rein dilate symptômes,signes clinique de lhydronephrose
 
 
Summary

Pourquoi avez-vous du sang dans les urines ?

Le sang dans l’urine, également appelé hématurie est étonnamment fréquent. En fait, environ 10% d’entre nous a du sang dans les urines à un moment ou un autre de notre vie. Le sang dans l’urine peut être visible à l’œil nu comme rouge vif ou brun ou peut être visible uniquement au microscope. Bien qu’il puisse être le résultat de quelque chose de très bénin, il peut également être le signe d’un problème plus vicieux. Voici les causes courantes, le diagnostic et les options de traitement pour l’hématurie.

Causes courantes de sang dans l’urine

La présence de sang dans les urines signifie que le saignement se produit quelque part dans la sphère génito-urinaire. Chez les hommes, ces organes comprennent les 2 reins, les 2 uretères, la prostate, la vessie et l’urètre.

Les causes les plus courantes de l’hématurie sont les calculs rénaux et vésicaux. Un autre ensemble de causes majeures inclut un traumatisme au rein, à la vessie ou à d’autres parties de la sphère génito-urinaire. De plus, toutes les situations comme « l’hématurie du jogger » qui survient après l’exercice, la maladie rénale, les maladies transmises sexuellement, l’hypertrophie bénigne de la prostate, l’infection des voies urinaires, les tumeurs et les blocages, ainsi que certains médicaments peuvent causer un saignement.

Maladies rares causant l’hématurie

Il existe plusieurs maladies rares et des troubles génétiques qui peuvent causer une perte de sang dans l’urine. La drépanocytose est un trouble sanguin héréditaire. La maladie de von Hippel-Landau est un trouble héréditaire dans lequel les tumeurs bénignes poussent sur les reins, les testicules et la colonne vertébrale. Le lupus érythémateux systémique, une maladie inflammatoire chronique du tissu conjonctif, est une autre cause rare de sang dans l’urine.

Diagnostic et analyses pour une hématurie

Il y a un certain nombre d’analyses qui, lorsqu’ils sont combinés avec un examen physique et antécédents médicaux, aideront votre médecin à faire un diagnostic précis. Une simple bandelette urinaire qui détecte la présence de sang. Une culture d’urine peut apparaître n’importe quelle infection. Des analyses sanguines montrant entre autres les fonctions des reins. L’examen microscopique peut détecter les cellules cancéreuses. D’autres tests comprennent :

  • Pyelogramme intraveineux (PIV), un test à rayons X dans lequel un colorant contenant de l’iode est suivi dans son trajet à travers le système génito-urinaire montrant des anomalies.
  • Cystoscopie ou urétéroscopie, un tube flexible à fibre optique introduit depuis l’urètre vers la vessie ou jusqu’au rein afin de déceler des anomalies.
  • L’échographie et la tomodensitométrie peuvent être nécessaires pour une enquête plus approfondie si les tests ci-dessus ne parviennent pas à trouver une cause.

Traitements pour hématurie

Rappelez-vous qu’un changement de couleur de votre urine est important. Parfois, une couleur rose ou rouge peut être due à l’alimentation, manger des quantités excessives de rhubarbe, betteraves ou même colorant alimentaire. Cependant, dans la plupart des cas, une couleur rouge ou brune brillante indique une perte de sang.

Le traitement dépend de la cause de l’hématie. Si c’est un calcul rénal, il faut l’extraire ou le dissoudre par tous les moyens médicaux ou naturels.

Le traitement peut inclure des antibiotiques, examen des médicaments ou de la chirurgie, en fonction de ce qui se passe dans votre corps.

Ne jamais ignorer le sang dans votre urine, car il peut être un signe d’un trouble médical grave. Dans la plupart des cas, la quantité de perte de sang n’est pas nécessairement une indication de la gravité du trouble. Votre médecin sera en mesure de déterminer la cause, et je l’espère, vous soulager moralement et puis physiquement.

Pour votre santé,

Stéphane Holistique



Recherches utilisés pour trouver cet article : calcul renal naturels
 
 
Summary

Coliques néphrétiques et calculs rénaux

Les calculs rénaux sont des masses solides, en forme de caillou qui se développent dans les voies urinaires à partir de sels de minéraux et d’autres composants qui se sont agglomérés dans l’urine. Le processus, appelé lithiase urinaire, peut survenir soit par un petit calcul qui sera facilement évacué pendant la miction ou une plus grosse pierre qui peut bloquer l’uretère (canal qui relie les reins à la vessie) provocant une colique néphrétique.

Symptômes d’une colique néphrétique

Quand un blocage se produit, une personne peut ressentir une douleur souvent atroce rayonnant du dos et des côtes vers l’aine et les régions génitales. En plus de cette douleur, il y a plusieurs autres symptômes communs qui incluent :

  • L’urgence urinaire (le sentiment que vous avez besoin d’uriner constamment)
  • Sensation de brûlure intense à la miction, quand vous essayez d’uriner
  • Fièvre et frissons
  • Sang dans les urines
  • Nausée et vomissement
  • L’urine trouble ou l’urine qui sent mauvais
  • Perte d’appétit
  • Sudation
  • Agitation

Facteurs de risque des calculs rénaux

La plupart des calculs rénaux se forment à la fois en raison de facteurs génétiques et environnementaux. Les hommes sont plus enclins aux calculs rénaux que les femmes, tout comme les personnes de 30 à 60 ans. Les autres facteurs de risque comprennent :

  • Taux de calcium urinaire élevé (hypercalciurie)
  • Déshydratation ou ne pas boire assez de boissons
  • Antécédents familiaux de calculs rénaux
  • Obésité
  • Les régimes qui sont riches en protéines animales
  • Faible teneur en magnésium alimentaire
  • Apport élevé en sodium
  • Boire de l’eau fluoré (la limite officielle est de 1.5mg/l)
  • Prendre des compléments de calcium, de vitamine C ou de vitamine D excessifs
  • Activité parathyroïde excessive
  • La Goutte

Les calculs rénaux sont également plus fréquents dans les régions chauds et secs.

Les types de calculs rénaux

Il existe plusieurs types de calculs rénaux, dont chacun est lié à diverses causes biologiques, environnementaux, génétiques et alimentaires.

Les calculs rénaux de Calcium sont le type le plus commun. Ils sont fréquemment observés chez les femmes ménopausées qui prennent un apport excessif en calcium (supérieur à 1000 mg) et en vitamine D.

Les calculs d’acide urique se produisent chez les personnes présentant une acidité urinaire élevée (comme cela peut arriver avec la goutte).

Les calculs de Struvite ont tendance à se développer à la suite d’une infection.

Les calculs de Cystine sont rares et sont purement dû à une maladie génétique.

Traitements de la colique néphrétique

Il y a plusieurs écoles concernant le traitement des calculs rénaux. Souvent, les décisions sont basées sur la taille et l’emplacement de la pierre. La formation spécialisée et l’expérience vont également orienter l’urologue vers la solution qui lui paraît la plus appropriée suivant le cas présenté.

Le traitement conservateur est le plus souvent indiqué chez les personnes avec des pierres plus petites. Le médecin vous conseillera de boire beaucoup d’eau tout en vous fournissant des analgésiques pour aider à tolérer la douleur. Vous pouvez également être invité à avoir une passoire sous le flux urinaire pour attraper la pierre quand elle passera de sorte qu’elle puisse être analysée par un laboratoire. Cela peut aider à déterminer quels aliments ou facteurs ont conduit à la formation de la pierre.

Pour les calculs plus gros, une approche plus agressive peut être nécessaire, y compris les suivantes :

Lithotripsie Extracorporelle par onde de choc (LEC) est une technique qui utilise une machine spécialisée pour briser une pierre de l’extérieur de votre corps, vous permettant de passer la pierre ou les débris de la pierre plus facilement.

La néphrolithotomie percutanée implique l’insertion d’un tube à travers une petite incision pour aider à drainer le rein.

L’urétéroscopie où un petit instrument en forme de tube équipé d’une caméra, est inséré dans l’urètre (l’ouverture à travers laquelle l’urine est expulsée du corps) pour extraire manuellement la pierre ou la casser en petits morceaux.

Conclusion

Il existe différents types de calculs rénaux qui pourraient être le résultat de divers facteurs environnementaux, génétique, alimentaire et d’hygiène de vie. Si vous éprouvez une douleur rayonnante dans le dos, les côtés ou la région pelvienne, il est important de consulter immédiatement un médecin. Vous pouvez avoir un calcul rénal ou un autre problème non diagnostiqué. Si vous savez que vous êtes à risque de développer des calculs rénaux, faire des changements sains dans votre alimentation et hygiène de vie pourrait aider à prévenir les récidives.

Pour votre santé,

Stéphane Holistique

Recherches utilisés pour trouver cet article : facteurs de risque d\une colique nephretique,traitement des cristaux importants doxatate de calcium,oxalate de calcium dans les urines enceinte,oil de foi de morue pour faire desandre un calcule,mrnu pour colique nephretique,les calculs biliaires les calculs rénaux les coliques néphrétiques et les infections urinaires,calcul urique aux RayonsX,cystite cristaux doxàate,cristaux d’oxalate de calcium,cristaux doxolate de calcium peuvent ils engendrer des cystites
 
 
Summary

Alpha-bloquant pour soulager la colique néphrétique

 Un apha-bloquant (antagonistes sélectifs des récepteurs alpha 1A) comme le Tamsulosine (Josir®, Omix®) fait partie intégrante depuis de nombreuse années du traitement médical d’expulsion des calculs rénaux lors des coliques néphrétiques douloureuses (MET : medical expulsion therapy).

Il est habituellement donné aux patients ayant une colique néphrétique pour faciliter le passage des pierres bloqués dans l’uretère. Le médicament relâche les muscles lisses de l’uretère et devrait faire passer un calcul rénal plus facilement vers la vessie et donc soulager le patient de sa crise de colique néphrétique et estomper les douleurs.

Seulement voilà, une nouvelle étude (à contre courant de beaucoup d’autres, voir 2ème paragraphe) montre que le médicament serait inefficace, selon un essai clinique randomisé de la JAMA Internal Medicine [1].

L’étude de 2018 en deux phases a inclus 512 adultes venu aux urgences pour une colique néphrétique avec des calculs bloqués dans l’urètre. Tous les patients avaient un calcul bloqué mesurant moins de 9 mm de diamètre. Les trois quarts des patients étaient des hommes et l’âge moyen était de 40.6 ans.

Les patients ont été assignés à 28 jours de traitement de la colique néphrétique avec du tamsulosine, 0.4 mg, ou le placebo. Le résultat principal attendu était le passage du calcul pendant ces 28 jours, déterminés par la visualisation du patient ou la capture de la pierre.

Parmi les 497 patients évalués, il n’y avait aucune différence significative dans les taux de passage des calculs : 50 % avec tamsulosine et 47 % avec le placebo. Les deux groupes étaient aussi semblables du point de vue des résultats secondaires, en incluant le temps au passage du calcul, le nombre d’hospitalisation, la chirurgie ou les consultations répétés.

L’analyse exploratrice n’a montré aucun avantage de tamsulosin dans les sous-groupes de patients selon l’endroit du blocage du calcul rénal et la taille de la pierre.

Tamsulosin est largement utilisé dans le traitement de la colique néphrétique pour les patients venu consulter aux urgences. Certaines études suggèrent que ce traitement est efficace principalement pour de plus grandes pierres, arguant que le taux élevé de passage spontané pour de plus petites pierres aurait biaiser l’étude.

Cet essai clinique randomisé conclue qu’aucune augmentation du taux de passage des calculs rénaux avec le tamsulosin prescrit aux patients aux urgences avec un calcul urétéral symptomatiques plus petit que 9 mm. Les chercheurs concluent :

Bien que le tamsulosine puisse jouer toujours un rôle dans la thérapie expulsée médicale pour de plus grandes pierres, les directives qui recommandent le tamsulosine pour les pierres urétéraux aurait besoin d’être révisées.

Surtout que le médicament, comme pour d’autres, n’est pas dépourvu d’effets secondaires : étourdissements, maux de têtes, palpitations, hypotension orthostatique, nez bouché et écoulement nasal, diarrhées, nausées et vomissements, constipations, asthénie, éruptions et prurit, trouble de l’éjaculation.

Le tamsulosine peut parfois donner des hypotensions sévères, nécessitant une hospitalisation. Faites attention si vous prenez un traitement anti-hypertension.

Les alpha-bloquants efficaces pour soulager une colique néphrétique

Par ailleurs, dans beaucoup d’autres études, les alpha-bloquants sont sortis victorieux après une colique néphrétique.

Dans une étude de 100 patients avec des calculs rénaux de moins de 10 mm bloqués dans l’uretère, 82% du groupe qui a pris un alpha-bloquant ont évacué leur calcul rénal en moins de 4 semaines contre 61% pour le groupe placebo [2].

Dans une autre étude sur 150 patients avec des pierres de 4-10 mm dans l’uretère, le tamsulosine a accéléré le passage des calculs tout en diminuant le recours aux antidouleurs [3].

Une étude bibliographique, qui regarde les études faites à ce sujet a conclu : « Malgré tous ses avantages, MET (medical expulsion therapy) n’est que rarement utilisé. Il y a bien un échec de translation des soins de la théorie à la pratique au milieu hospitalier. Notre étude relève la problématique de la qualité des soins des patients qui pourrait soulager leur colique néphrétique sans antidouleur et sans chirurgie » [4].

Une autre remarque de cette étude est que le tamsulosine et nifedipine avait un taux de succès identique mais uniquement pour les pierres au dessus de 5 mm. Tous les calculs de moins 4 ou 5 mm passait spontanément avec ou sans médicament [4].

Trois autres études poursuivent le même schéma : les alpha-bloquants augmentent l’expulsion et diminuent le temps d’attente avant expulsion. [5,6,7]

Enfin une recherche portant sur 32 études comprenant 5864 participants a trouvé qu’en utilisant des alpha-bloquants, les patients ayant des calculs bloqués dans l’uretère évacuaient plus vite leur calcul avec moins d’épisodes douloureux, moins d’antidouleur et d’hospitalisation. Pour conclure que les alpha-bloquants devraient faire partie intégrante du traitement médical d’expulsion des calculs rénaux lors des coliques néphrétiques douloureuses (MET : medical expulsion therapy) [8].

NB : les alpha-bloquants sont utilisés pour faciliter le passage d’un calcul bloqué dans l’uretère lors d’une colique nephretique. Ils seront inefficaces pour évacuer un calcul résidant dans les calices du rein. Ils ne provoquent pas une sortie, ils la facilitent.

 

Pour votre santé, 
Stéphane Holistique

 

Sources : 
[1] Meltzer AC, et al. Effect of Tamsulosin on Passage of Symptomatic Ureteral Stones: A randomized clinical trial. JAMA Intern Med 2018; 178: 1051–1057

[2] Efficacy of tamsulosin in the management of lower ureteral stones: a randomized double-blind placebo-controlled study of 100 patients. 

[3] Tamsulosin to treat uncomplicated distal ureteral calculi: a double blind randomized placebo-controlled trial

[4] Management of ureteral calculi and medical expulsive therapy in emergency departments

[5] A systematic review of medical therapy to facilitate passage of ureteral calculi

[6] Pharmacologic expulsive treatment of ureteral calculi

[7] Medical therapy to facilitate the passage of stones: what is the evidence?

[8] Alpha-blockers as medical expulsive therapy for ureteral stones

Recherches utilisés pour trouver cet article : coliqe nephrétique traitement alpha bloquant*,tamsulosine calcul,coliques nephretiques et ultra son,calcul renal grossesse,alpha bloquant colique néphrétique,tamsulosine posologie et colique néphrétique,tamsulosine et colique néphrétique femme,tamsulosine calcul renal,colique nephrétique traitement alpha bloquant recommandation,colique nephretique et calcul es la meme chose
 
 
Summary

APRT cause de calcul renal et de colique nephretique

Le déficit en adénine phosphoribosyltransferase (APRT) est une maladie génétique rare qui provoque souvent des calculs rénaux et certains cas une insuffisance rénale.

Les personnes atteintes ont un déficit de l’enzyme adénine phosphoribosyltransferase et ont donc des difficultés à décomposer les purines (venant de protéines alimentaires ou de déchets de notre propre corps). Le résultat est une accumulation d’un composé a appelé 2,8-dihydroxyadenine (2,8-DHA) qui est excrété par les reins. Le 2,8-DHA est très peu soluble dans l’urine, il va donc cristalliser et mener à la formation de calculs rénaux et de blessure du rein.

Une spécificité curieuse : jusqu’à 70 % de personnes affectées ont des cheveux roux ou des parents avec des cheveux roux.

 

Signes et Symptômes

La plupart des personnes atteintes ont plusieurs épisodes de coliques néphrétiques. Les calculs rénaux issues de cette maladie ne sont pas détectés par les rayons X, on dit qu’ils sont radio-transparents. De ce fait ils sont souvent confondus avec les calculs rénaux d’acide urique, de xanthine ou de cystine, qui ont la même caractéristique. Les échographies à ultra son et le scanner sont un meilleur outil pour diagnostiquer une lithiase rénale à base de 2,8-DHA mais non suffisante.

Le diagnostic peut se faire en visualisant les sédiments d’urine en recherchant la 2,8-DHA. La difficulté réside en la rareté de la maladie. Car peu de médecins vont y penser et ne vont probablement pas reconnaître les cristaux de 2,8-DHA s’ils sont présents dans les urines. Le diagnostic peut se faire plus facilement en analysant un calcul rénal.

De façon plus général, il faut toujours analyser le calcul rénal après une colique néphrétique, une bonne prévention commence par la connaissance de la composition du calcul rénal. Sans cette information, on navigue dans le brouillard.

Le déficit en adénine phosphoribosyltransferase (APRT) devrait être vérifié pour chaque personne ayant eu des calculs rénaux. Si vous avez déjà fait analyser vos calculs précédents vous sauriez déjà si vous avez cette maladie. Si vous n’avez jamais fait analyser vos pierres alors cette maladie, même rare, ne doit pas être oubliées.

L’excès de 2,8-DHA favorise également la cristallisation à l’intérieur des reins provoquant une détérioration des fonctions rénales pouvant aller jusqu’à l’insuffisance rénale aiguë. Mais ce cas de figure reste rare. Mais ce qui est dangereux est le fait que les symptômes d’une insuffisance rénale concomitante à cette maladie sont différents d’une insuffisance rénale classique. Ce qui peut retarder le diagnostic. Parmi les symptômes de cette insuffisance : fatigue, perte d’appétit et perte de poids.

Du fait que la maladie soit génétique, un dépistage des frères et sœurs est conseillé.

 

Traitements

Allopurinol est une médication efficace et généralement bien tolérée qui bloque la production de 2,8-DHA et donc, prévient la formation de calcul rénal à base de 2,8-DHA et l’insuffisance rénale. Quelques personnes ne peuvent pas tolérer l’allopurinol en raison de l’allergie ou d’autres effets secondaires. Malheureusement, aucune thérapie médicale alternative n’est actuellement disponible.

Il faut aussi associer à ce traitement une bonne hydratation et une diminution des apports en purines. Voici un article sur les aliments riches en purines.

Pour votre santé,
Stéphane Holistique

 

Sources :

Lithiase de 2,8-dihydroxyadénine : du diagnostic à la prise en charge thérapeutique. https://www.jle.com/fr/revues/abc/e-docs/lithiase_de_2_8_dihydroxyadenine_du_diagnostic_a_la_prise_en_charge_therapeutique_276186/article.phtml?tab=texte

Cartier P, Hamet M, Hamburger J. Une nouvelle maladie métabolique : le déficit complet en adénine phosphoribosyl-transférase avec lithiase de 2,8-dihydroxyadénine. C R Acad Sci III 1974 ; 279 : 883-6.

Simmonds HA, Cameron JS, Barratt TM, Dillon MJ, Meadow SR, Trompeter RS. Purine enzyme defects as a cause of acute renal failure in childhood. Pediatr Nephrol 1989 ; 3 : 433-7.

Glicklich D, Gruber HE, Matas AJ, et al. 2,8-dihydroxyadenine urolithiasis : report of a case first diagnosed after renal transplant. Q J Med 1988 ; 258 : 785-93.

Brown HA. Recurrence of 2,8-dihydroxyadenine tubulointerstitial lesions in a kidney transplant recipient with a primary presentation of chronic renal failure. Nephrol Dial Transplant 1998 ; 13 : 998-1000.

Recherches utilisés pour trouver cet article : calcul pyélique gauche,cystine et lithiase
 
 
Summary

La maladie de Dent, cause de colique néphrétique

La maladie de Dent (Dent’s disease, qui n’a rien à voir avec les dents) est une maladie génétique rare qui touche les reins majoritairement chez les hommes, bien que les femmes puissent aussi avoir des manifestations légères de la maladie. Les problèmes typiques incluent :

  • Calcul rénal et colique néphrétique
  • Fuite de protéines dans l’urine
  • Hauts niveaux de calcium dans l’urine (hypercalciurie) => conduit à des calculs rénaux à base de calcium
  • Calcification des reins (nephrocalcinosis) => facilite la formation des calculs rénaux à base d’oxalate de calcium
  • Insuffisance rénale (CKD)=> est aussi une cause de calculs rénaux
  • Hématurie (petites ou grandes quantités de sang dans l’urine)
  • Faibles niveaux de phosphore dans le sang (hypophosphatemie) => car une fuite de phosphore vers les urines ; ce qui favorise les calculs rénaux de phosphate de calcium

Les manifestations de la maladie varient beaucoup d’une personne à une autre, même au sein de la même famille.

La recherche a identifié deux gènes sur le chromosome X qui peuvent causer la maladie de dent. La maladie de Dent peut être divisée en 2 types : dent 1 et la dent 2.

Dent 1 a une mutation dans le gène appelé CLCN5 et environ 60 % de patients avec la maladie de dent auront cette mutation. Dent 2 a une mutation dans le gène OCRL et environ 15 % de ceux avec la maladie de dent aura cette mutation. Un test génétique à l’aide d’une prise de sang est possible pour identifier lequel des deux variantes un patient a.

 

Signes et symptômes

Les symptômes les plus communs sont liés au passage de calculs rénaux (colique néphrétique), tels que la douleur ou le sang dans l’urine (Hématurie). Certains patients peuvent avoir l’urine mousseuse (une manifestation de l’excès de protéine) et une soif augmentée. Si les patients développent une insuffisance rénale, ils peuvent avoir des signes et des symptômes rattachés à la perte de fonction du rein qui incluent l’anémie, la fatigue, la perte d’appétit et de poids. Si les patients développent une ostéomalacie (faiblesse des os) ils pourraient souffrir de douleur des os.

Parmi les symptômes on peut trouver :

  • Protéine dans les urines
  • Calcifications du rein (nephrocalcinosis)
  • Calcium oxalate et/ou calculs rénaux de phosphate de calcium
  • Niveaux excessifs de calcium dans l’urine
  • Excrétion d’acide aminé urinaire excessive
  • Niveaux réduits d’hormone de parathyroïde dans le sang
  • Niveaux augmentés de vitamine D
  • Difformités d’os (Rachitisme)
  • Retard de stature/croissance courte

Un diagnostic définitif peut être confirmé par une analyse génétique par prise de sang.

 

Traitements

Le traitement de la maladie de Dent vise à réduire les blessures et les traumatismes rénales pour éviter une insuffisance rénale. Il est admis que la calcification du rein et les calculs rénaux sont provoqués par une forte concentration de calcium dans l’urine, le traitement vise typiquement à réduire ce niveau à l’aide d’un diurétique (thiazide) pour augmenter la réabsorption de calcium rénale et ainsi réduire des niveaux de calcium dans l’urine finale. Mais cela comporte quelques effets secondaires tel que l’hypovolémie (déficit du sang) ou une hypokaliémie (déficit de potassium dans le sang). Une supplémentation en vitamine D pour éviter les problèmes d’os et plus spécifiquement le rachitisme pour mener à un excès de calcium dans le sang et les urines ce qui à son tour favorise la calcification des reins et des calculs rénaux. Un régime élevé en citrate peut aider à garder des niveaux de calcification mesuré et retarder le traumatisme rénal.

Une des caractéristiques principales de maladie de Dent est le niveau élevé de protéine dans l’urine, qui est due à un fonctionnement anormal des tubules du rein. Un autre est un dysfonctionnement des glomérules qui filtrent mal le sang et laisse passer de l’albumine (protéine). Des médications sont utilisées pour réduire le niveau d’albumine dans les urines. Cependant aucune étude ne confirme leur efficacité pour réduire la progression de maladie de Dent.

Les personnes atteintes par la maladie de dent ont tendance à avoir soif et avoir une quantité augmentée d’urine. À cause de cela, ils peuvent être particulièrement sensibles à tout ce qui peut provoquer la déshydratation comme la diarrhée, le vomissement et la forte sudation. Les personnes atteintes devraient faire encore plus attention à leur consommation liquide quand ils sont sujets à la déshydratation.

Ils devraient aussi faire attention de limiter l’utilisation des antiinflammatoires non-stéroïde (NSAID) comme ibuprofen, (motrin, advil), naprosyn, indomethacin, sulindac, car ils ont tendance à réduire le flux sanguin rénal quand les personnes deviennent déshydratées.


Pour votre santé,

Stéphane Holistique

 

Sources :

Orphanet Journal of Rare Diseases20105:28 ; https://doi.org/10.1186/1750-1172-5-28

GeneReviews® [Internet]. https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK99494/

Recherches utilisés pour trouver cet article : calcification acide urique,calcification rénale traitement,colique diarre dent
 
 
Summary

Calcul nephretique ou colique nephretique?

C’est une appellation un peu faussée qui me permet de vous parler des autres causes de colique nephretiques.

En effet, les coliques nephretiques ne sont pas uniquement causées par des calculs rénaux. L’appellation calcul nephretique est donc juste mais non exclusive.

calcul nephretique

Lire la suiteCalcul nephretique ou colique nephretique?

 
 
Summary