Les 4 facteurs de colique nephretique liés à l’eau

 

Pour prévenir une colique nephretique ou pour éliminer des calculs rénaux, il est conseillé d’ingérer 2 à 3 litres de liquide par jour, ce qui inclut les fruits, légumes, lait, jus, infusion et soupe.

En moyenne, 2 à 3 litres de liquide produisent 1,5 à 2 litres d’urine par jour. Avec une contenance d’un demi-litre dans une vessie. On devrait faire entre 3 et 5 passage aux toilettes. Des passages très précieux dans certains cas, comme je l’explique dans des métiers à colique nephretique.

Toutefois, le volume de liquide ingéré ne permet pas forcément de prévoir celui excrété.

chute d'eau

Il existe quatre facteurs qui peuvent altérer cet équilibre entre volume qui entre et volume qui sort.

Quatre facteurs qui augmentent le risque de former un calcul rénal et être sujet à une colique nephretique :

 

L’apport en sodium :

Un fort apport de sodium, généralement par ajout de sel, crée une rétention d’eau dans le corps. Celle-ci est plus ou moins visible. Mais elle est automatique. De ce fait, les consommateurs de sel en excès ne comprennent pas comment ils peuvent boire beaucoup d’eau sans pour autant faire leur vidange proportionnellement.

L’excès de sel génère aussi une élimination accrue de calcium. Un phénomène préoccupant pour ceux qui produisent des calculs rénaux à base de calcium, càd la majorité des « fabricants » de calculs. Mais c’est un sujet qu’on abordera dans un prochain article.

sel_colique nephretique

Quand vous mangez un repas bien salé, le sel ingéré produit un retard d’évacuation des urines, car l’eau est retenue avec l’excès de sodium. La production d’urine est donc diminuée pendant la journée et peut être affectée durant la nuit également.

Par contre une consommation accrue et continue de sodium avec des plats salés ou avec du sel de table ajouté juste avant ingestion peut avoir des conséquences plus larges. Causer une rétention d’eau constante, un ballonnement du corps et du visage, une augmentation de poids.

Il est donc conseillé de diminuer sa quantité de sodium et donc de sel (sauf contre-indication médicale), et d’augmenter son absorption de liquide.

La quantité de sel par jour à viser est de 1,5 g.

 

La localisation géographique :

planète-terre

Suivant votre localisation géographique dans le globe de la terre, vous aurez des ajustements à faire au niveau de votre hydratation.

Il y a des endroits chauds, froids, humides ou secs. Vous l’aurez compris. Plus le climat est chaud sec et plus vous devez vous réhydrater plus souvent car vous allez transpirer plus qu’avec un climat froid ou tempéré. La transpiration est une perte d’eau, et cette perte peut atteindre plusieurs litres d’eau suivant votre activité physique. Il ne faut surtout pas négliger ce point si vous voulez éviter une saturation d’urines dans les reins et une création de calculs rénaux.

 

L’activité :

workers[10]

La suite logique du point précédent, est plus votre travail est physique ou votre activité physique est intense ou longue, plus vous allez transpirer et plus vous allez créer une sursaturation de vos urines. Cette sursaturation est la première cause de la formation des calculs rénaux et donc la première cause de colique nephretique.

 

 

L’exercice physique :

Sport-U20

C’est bien de faire des exercices physiques, je suis fier de vous. Il n’y a pas mieux pour la santé, mais encore faut-il ne pas détériorer votre santé par un oubli d’hydratation. Veillez donc à avoir toujours de l’eau à portée de main lors de vos exercices s’ils sont prolongés. Au pire, boire avant et après une activité de moins d’une heure pour compenser la perte d’eau par transpiration.

 

Un dernier conseil pour éviter une colique nephretique

la digestion utilise énormément d’eau dans la production de suc gastrique et autre liquide enzymatique. Cette quantité d’eau est certes réabsorbée à la fin de la digestion dans les intestins. Mais il peut y avoir un épisode de déshydratation passagère due à une digestion trop difficile suite à un repas trop lourd. Comme pour l’exercice physique, veillez à boire au moins avant et après un repas. Sans vous gonfler le ventre non plus mais assez pour éviter une déshydratation passagère.

Et voici 4 astuces pour boire plus d’eau contre la colique nephretique.

Et vous? Buvez-vous assez? Ou perdez-vous trop d’eau par transpiration ou autre? Trouvez-vous les recommandations officielles difficile à accomplir? Vos commentaires sont les bienvenues.

 

Pour votre santé,

Stéphane

Recherches utilisés pour trouver cet article : qu\est ce qu\une colique néphrétique déshydratation,boire beaucoup deau pour faire descendre un calcul,transpiration nocturne homme coliques nephretiques,FACTEURS DE RISQUES DES COLLIQUE NEPHRETIQUES,facteur de risque de la colique nephrétique,facteur de risque colique néphrétique,coliques néphrétiques traitement naturel,colique sel dur,colique eau liquide,colique deshydratation

3 réflexions au sujet de “Les 4 facteurs de colique nephretique liés à l’eau

  1. Bonne synthèse des facteurs qui engendrent une colique nephretique, cela permet de bien se rendre compte d’où cela provient et les conseils offrent une perspective pour bien la gérer.

     

Laisser un commentaire