La COP21 contre la colique nephretique

 

Vous allez surement vous demander mais quelle est le rapport entre COP21 et la colique nephretique? Quelle est le rapport entre et les calculs rénaux et la hausse mondiale de la température, la pollution ou encore des textes votés (qui seront comme d’habitude inutiles pour l’environnement 😉 ) ?

 

Cop21

 

La CPO21 contre la colique nephretique

 

Il existe justement plusieurs rapports sur le sujet.

Le premier rapport  [1] suggère qu’il existe « une ceinture de calcul rénal » tout le long du sud des Etats-Unis. D’après cette étude, il y aurait 50% de plus de calcul rénaux au sud par rapport au nord du pays. Ils attribuent cette différence à la température plus chaude en moyenne au sud qu’au nord du pays. Les auteurs de l’étude prévoient une augmentation d’environ 2 millions de nouvelles atteintes de pierre aux reins d’ici 2050 uniquement lié au changement climatique.

La raison avancée est tout à fait plausible, comme décrit sur cet article, est qu’une forte chaleur favorise une forte transpiration, qui va diminuer par de fait le passage liquide vers les reins et la vessie. On a déjà vu auparavant qu’une diminution des urines est la première cause de formation de calculs urinaires. La raison est qu’une stagnation au niveau des reins d’une urine concentrée favorise la précipitation des sels minéraux et donc la formation des cristaux de calculs rénaux. C’est pour cette raison qu’il faut absolument boire beaucoup d’eau et de liquide quand on est à risque de colique nephretique et de calcul urinaire.

Néanmoins certaines études rapportent un effet non linéaire entre la température et le risque de former des calculs rénaux. Au début, on remarque que plus la température augmente et plus le risque augmente (linéaire). Mais à partir de certaines hautes températures, le risque stagne même si la température est plus élevée. L’hypothèse retenu par ces chercheurs est que les personnes vivant dans un environnement trop chaud, ont plus de mal à avoir une activité physique soutenue et donc perdent moins d’eau en transpirant moins.

Beaucoup d’autres études concluent grosso-modo la même chose, plus de chaleur égale plus de risque de former des calculs rénaux égale plus de risque de faire des crises de colique nephretique. Mais dans notre sujet de COP21, qu’en est-il de la pollution atmosphérique ?

La suite ici…

Est ce que vous adhérer aux concepts de la COP21? Vos commentaires sont les bienvenues.

Pour votre santé,

Stéphane

 

[1] Proceedings of the National Academy of Sciences (PNAS)

1 réflexion au sujet de “La COP21 contre la colique nephretique

Laisser un commentaire