80 % de l’eau du robinet est contaminée par des micro plastiques

 

Je ne me lasserai jamais de répéter que l’eau est la première étape pour une bonne prévention contre les récidives des calculs rénaux et éviter une nouvelle crise de colique néphrétique. J’ai déjà mentionné l’état de pollution de l’eau du robinet en France dans une enquête d’UFC-Que Choisir. Malheureusement il existe une pollution plus internationale. Celle des micro plastiques.

D’après une étude de l’Université de Minnesota School of Public Health, plus de 80% des échantillons collectés d’eau du robinet dans cinq continents contiennent des fibres de plastique microscopiques.

 

Le plastique est utilisé partout de nos jours, même dans les vêtements sans parler des appareils électroniques et les emballages. Ce plastique est indestructible et non biodégradable, sa seule issue est de s’effriter en tous petits morceaux ou micro particules de fibres de plastique capable de se mélanger à l’eau et de traverser les continents et les stations d’épuration d’eau jusqu’à votre robinet. Et si ces particules sont dans votre eau du robinet, elles se retrouveront aussi dans les préparations culinaires, ce n’est pas la chaleur qui va les détruire.

Ces particules peuvent devenir tellement petites, de lataille de nanomètre, qu’elles peuvent traverser la barrière intestinale etpasser dans le sang.

« Les substances chimiques du plastique font parties de notre vie quotidienne. Nous considérons que la bouteille contenant notre eau de source naturelle, le bol qui passe au micro-onde pour y réchauffer nos plats, ou le gobelet de café en polystyrene sont là pour protéger notre nourriture et boisson. Au lieu d’agir comme contenants inertes, ces plastiques se désagrègent et libèrent des substances chimiques comme des perturbateurs endocriniens BPA ou Phtalates, des retardateurs de flamme mais aussi des métaux lourds très toxiques qui sont tous absorbés à travers notre alimentation et notre corps. »
—Scott Belcher, Ph.D.
Professeur Chercheur à North Carolina State University
Porte-parole, The Endocrine Society

 

 

Les différents types de plastique :

Code 1 : Polyethylene Terephthalate (PET)

Description : 
PET est un type de plastique omniprésent utilisé dans les bouteilles d’eau, de jus et de soda. Regardez sur le dessous de votre bouteille, vous remarquerez un signe de recyclage avec « 1 » au milieu et un « PET » ou « PETE ». Il est aussi utilisé pour les vêtements en fibre de polyester. Le PET est l’un des plastiques les plus sûrs pour le stockage des aliments et il est facilement recyclable.

Impacts sur la santé :
Des études ont montré que le PET peut libérer un minéral toxique, l’antimoine, en quantité excédant les limites sécuritaires, si le plastique est soumis à une température élevée, comme une bouteille laissée dans votre voiture pendant une journée de chaleur par exemple. Ce processus est accéléré quand un PET est chauffé au micro-onde. Les effets sur la santé de l’antimoine quand il dépasse la limite sécuritaire sont des nausées, vomissements et diarrhées.

 

Code 2 : Haute densité Polyethylene (HDPE)

Description : 
Ce plastique est utilisé pour le packaging du lait, jus, eau, produits ménagers et shampoings

Impacts sur la santé : 
Comme beaucoup de plastiques, le HDPE contient des composés chimiques produits par l’homme qui imitent les œstrogènes naturelles. Ces œstrogènes chimiques sont libérés avec la chaleur (exposition au soleil, bain-marie ou mico-onde). Ces œstrogènes chimiques tombent parmi l’appellation des perturbateurs endocriniens, car en mimant les hormones naturellement présentes dans le corps, elles perturbent tout son fonctionnement. Les œstrogènes chimiques sont liées au cancer du sein, endométriose, micro pénis, cancer des testicules, mauvaise qualité de sperme, puberté précoce féminine et malformations des organes sexuelles. (US Environmental Protection Agency)

 

Code 3 : Polyvinyl Chloride (PVC)

Description :
Le PVC est connu pour être utilisé dans les canalisations et plomberie mais aussi pour plusieurs ustensiles et jouets comme ceux qui flottent dans le bain.

Impacts sur la santé :
Le PVC libère des substances chimiques toxiques en contact avec l’eau. Quatre substances utilisées pour adoucir le PVC connues sous le nom de phtalates, ont récemment été rajoutées à la liste de l’European Chemicals Agency comme « Substances hautement suspectées » pour leur rôle sur l’équilibre hormonal du corps. Les phtalates sont accusés de plusieurs problèmes de santé dont des complications de développement des organes sexuelles chez les fœtus.

 

Code 4 : Low Density Polyethylene (LDPE)

Description :
LDPE est utilisé dans les carton de lait, les gobelets pour boissons chaudes à emporter

Impacts sur la santé :
LDEP est considéré comme peu risqué.

 

Code 5 : Polypropylene (PP)

Description :
Polypropylene est utilisé dans les emballages de yaourts, de plats à emporter, de médicaments et de sirops. Les fibres de Polypropylene sont introduites dans les manteaux contre le froid, certains composants automobiles, des tapis, des équipements de laboratoire et même les billets de banque.

Impacts sur la santé :
Le Polypropylene est considéré comme sûr.

 

Code 6 : Polystyrene (PS)

Description :
Les barquettes de Polystyrène sont largement utilisées pour les repas à emporter et pour l’industrie de la pêche. Le Polystyrène est aussi utilisé pour les couvercles des boissons chaudes à emporter, les bouteilles de jus et les couverts en plastique.

Impacts sur la santé : 
Le Styrene, considéré comme potentiellement cancérigène, peut être libéré à partir du polystyrene lorsque ce dernier est en contact avec des boissons chaudes. Une étude de 2007 à écrit : « connaissant la toxicité du styrene et sa capacité à être libéré en contact de l’eau et d’autres liquides, les contenants en polystyrene doivent être évités pour l’alimentation. Et tout spécialement pour les boissons chaudes.

 

Code 7 : Autres

Description :
Tous les autres plastiques

Impacts sur la santé : 
Ce que beaucoup de plastiques ont en commun est leur utilisation du perturbateur endocrinien bisphénol A (BPA). BPA est lié à des perturbations hormonales, problèmes de fertilité, asthme et obésité. Ceci inclut le plastique polycarbonate qui est toujours utilisé pour fabriquer les biberons dans beaucoup de pays, y compris les pays développés.

 

« Ceci doit nous servir d’électrochoc. Nous savions quele plastique va revenir sur nous à travers la chaîne alimentaire. Mais là on levoit revenir à travers l’eau que l’on boit. Avons-nous une issue desecours ? »

—Muhammad Yunus, Nobel Peace Prize laureate

 

Quelques sources de micro-plastiques :

  • Bien évidemment, les sacs plastiques. La durée de vie d’un sac plastique est de 12 minutes environ, une fois jetée il peut rester 500 ans dans les océans où les tortues et poissons les avalent en les prenant pour de la nourriture. La solution est d’utiliser des sacs biodégradables ou des sacs en papier.
  • Les pailles sont utilisées 20 min ou moins pour boire une boisson. Tous les jours plus d’un milliard de pailles sont jetées après une courte utilisation. La solution est simple, buvez directement du verre.
  • Votre polaire pour vous protéger du froid. Au lavage de tous vêtements contenant des fibres plastiques comme c’est le cas de veste polaire ou de l’imperméable, beaucoup de fibre plastique se retrouvent dans l’eau de lavage puis dans les océans. La solution est de les laver que quand c’est nécessaire et d’utiliser un cycle doux pour diminuer les frottements qui libèrent les fibres plastiques.
  • Les pneus. Près de 2 milliards de pneus sont produits annuellement dans le monde. Le frottement des pneus contre les routes libère des microparticules de plastique qui se retrouve dans les cours d’eau puis dans les océans. C’est parmi les plus importantes sources de micro plastiques. Solution : plus de covoiturage et de transport en public.

Le problème est en réalité double, d’abord le plastique nous contamine directement par la nourriture ou boisson chaude dans des contenants plastiques ou pire, réchauffés dans ces derniers. Et ensuite ces contenants plastiques vont se désagréger en micro ou nano particules facilement transportables par l’eau, non filtrées par les stations d’épuration et que nous finirons par boire.

« Puisque le problème du plastique a été exclusivement crée par l’homme à travers notre indifférence, il peut être résolu par l’homme en y prêtant attention.
Maintenant, ce qu’il nous faut, c’est de la détermination pour éliminer ce problème avant qu’il nous élimine. »

—Muhammad Yunus, Nobel Peace Prize laureate

 

Pour votre santé,

Stéphane Holistique

Recherches utilisés pour trouver cet article : eau et calcul rénal

Votre eau du robinet est-elle contaminée ?

 

Si vous êtes sujets à des calculs rénaux, vous savez surement que la première chose à faire pour les prévenir est de boire beaucoup. La boisson la plus commune et la plus importante étant l’eau, nous allons nous pencher sur la qualité de l’eau du robinet des communes de France suite à une étude de l’association de consommateurs UFC-Que Choisir.

 

eau_du_robinet_calcul_renal

 

Je rappelle donc qu’une consommation suffisante d’eau et de boisson est la première étape à une bonne prévention des calculs rénaux. Sans elle, l’efficacité des autres mesures de prévention se réduit fortement. Comme si on devait pagayer dans une barque avec les bras en utilisant beaucoup d’effort alors qu’on peut utiliser des rames. Je ne le répéterai jamais assez, l’eau est primordiale et est la première étape pour une prévention efficace.

Puisque nous devons ingérer une bonne quantité d’eau tous les jours et en tant que première source de liquide, il est important qu’elle soit de bonne qualité ou au minimum qu’elle ne soit pas nocive. Sur ce dernier point il y a malheureusement quelques disparités entre la qualité et l’innocuité des communes en France.

Il faut noter néanmoins que d’après l’association, 96% des consommateurs peuvent boire l’eau du robinet de leur commune en toute sécurité. En revanche 2,8 millions de personnes ont une eau polluée par les pesticides, les nitrates et le plomb et autres polluants.

Les principales causes de cette pollution d’après UFC-Que Choisir :

  • L’agriculture. Avec les pesticides et les nitrates, principalement en région rurales.
  • Des bactéries en zone montagneuse
  • Des composants toxiques émanant des canalisations des logements : plomb, cuivre, nickel ou chlorure de vinyle du PVC

Pour cette dernière cause de pollution, il est difficile de la quantifier. Chaque immeuble a sa propre canalisation. Les analyses sont faites sur quelques échantillons de logements et si une pollution existe elle peut être due à des canalisations anciennes, vétustes ou corrodées et ne doit pas être confondue avec la qualité du traitement de l’eau. En cas de doute, UFC-Que Choisir recommande de laisser couler l’eau une ou deux minutes le matin ou après une absence, afin d’évacuer ce qui a stagné dans les canalisations, avant de l’utiliser.

L’étude utilise 50 critères dont 5 représentent la pollution des canalisations des logements.

Les 45 autres critères concernent la qualité intrinsèque de l’eau tel qu’elle sort de la station de traitement.

Voici la carte interactive qui met en forme le résultat de l’étude.

« Le pictogramme global sur la ville est coloré en fonction du résultat obtenu sur les 45 critères relatifs à la qualité intrinsèque de l’eau et, s’il existe une non-conformité relevée sur l’un des 5 critères liés aux canalisations, un panneau « attention » a été intégré. »

Si vous avez un pictogramme vert clair ou foncé, tout va bien, sinon mieux vaut éviter l’eau du robinet de votre commune.

« l’étude de l’UFC-Que Choisir ne repose pas sur ses relevés propres mais bien sur les relevés réalisés par les Agences régionales de santé (ARS) entre février 2014 et août 2016 pour les 50 critères réglementaires de conformité, et disponibles sur le site du ministère de la Santé. »

Pourtant le ministère de la santé ne diffuse pas suffisamment d’alerte pour la qualité de l’eau. La raison est très simple. Les autorités sont plus soucieuses d’éviter les infections bactériologiques que les contaminations toxiques et pollutions des eaux. Vous avez peut-être deviné pourquoi. La première a une conséquence directe sur notre santé alors que l’autre n’a qu’une conséquence à long terme et donc peu visible et où il est difficile de démontrer une relation de cause à effet à postériori.

 

Pour votre santé,

Stéphane Holistique

Recherches utilisés pour trouver cet article : eau et calculs rénaux,calcul rénaux naturell kefir eau,Colique nephretique quelle eau?,eau pour calculs rénaux,calcul renal et eau,calcul renal quelle eau boire,eau pour colique néphrétique,l\eau hépar et Rozanna pour les Calculs rénaux,mon eau du robinet est légèrement coloré,calcul rénal eau du robinet