comment créer du contenu qui inspire votre audience

Créer du contenu qui inspire mon audience c’est répondre aux problématiques de personnes sujettes à des calculs rénaux. Alors un contenu qui inspire et surtout qui motive les lecteurs de ce blog qui ont déjà eu une ou plusieurs crises de colique néphrétique se veut ciblé d’abord sur la prévention mais avec les façons pratiques et simples de l’implémenter.

Alors pour créer du contenu qui inspire les lecteurs de mon blog il faut :

– comprendre le besoin. Ayant déjà enduré deux crises de colique néphrétique extrêmement douloureuse, je peux comprendre la peur que l’on peut avoir à l’idée de revivre une nouvelle crise. En générale quand on sort d’un traumatisme telle que celui de passer un calcul rénal par les voies urinaires, on écoute attentivement notre médecin et on bannit tout de suite tous les aliments qui peuvent être à l’origine de ces calculs rénaux. Mais on se rend compte rapidement que ce n’est pas pratique dans la vie de tous les jours ; quand on va manger dehors ou à la cantine de notre bureau, cela devient vite compliqué et, en général, avec le temps on oublie l’intensité de la douleur vécue lors de la crise, et on s’éloigne des conseils de notre médecin.

– proposer des solutions pratiques et surtout facile à implémenter sans trop de restrictions ni trop de difficultés. Beaucoup laissent tomber toutes les restrictions alimentaires jusqu’à avoir des récidives. Il faut savoir qu’il y a plus de 50% de récidives dans les 5 ans et plus de 80% dans les 10 ans. Et au vu de la douleur ressentie (bien plus qu’un accouchement par l’aveu de certaines femmes), aucune récidive n’est souhaitée même à une fréquence de 20 ans. J’ai moi-même recommencé à manger pratiquement comme tout le monde 2 mois après ma crise, mais j’ai gardé quelques réflexes qui m’ont permis d’éviter les récidives. Et je partage tout cela sur ce blog, comme, par exemple, le fait de manger en même temps que les produits interdits (riches en oxalates) des aliments riches en calcium et minéraux comme les produits laitiers, pour éviter l’assimilation des oxalates, j’en parle ici. C’est un exemple d’astuce parmi d’autres facile à implémenter et qui ne nécessite pas de restriction. Ce genre d’astuce permet au lecteur d’agir contre la maladie sans se sentir démuni et sans privation. Et c’est tout l’enjeu d’un programme qui peut être suivi et d’un blog qui peut intéresser les gens. Car si un programme est trop restrictif, personne ne va le suivre, moi le premier.

– répondre clairement et simplement aux questions que l’on se pose tous sur cette maladie, en essayant au maximum de vulgariser tout le côté scientifique, parce que les gens ont besoin de comprendre ce qui se passe dans leur corps et pourquoi ils ont ce problème, sans se casser la tête avec les publications scientifiques ni avoir les explications souvent expéditrices des médecins débordés. Le plus d’un contenu intéressant est d’avoir des articles qui explique étape par étape ce qui se passe dans son corps pendant la crise, ou ce qui fait qu’un calcul se forme dans le rein, et le tout de façon à être compris de tous et que ça soit disponible à la relecture.

– ne pas hésiter à raconter sa propre expérience. Le lecteur va sentir la différence entre un site de médecin ou un magazine santé et un être humain qui parle à un autre humain. J’imagine souvent, quand j’écris mes articles, discuter et expliquer les choses à un ami devant moi. Cela me permet de garder un discours non aseptisé, pas trop compliqué scientifiquement mais surtout humain et proche des gens.

Cet article participe à l’évènement « comment créer du contenu qui inspire votre audience ?” du blog Blogueur Pro. Un des articles qui m’a beaucoup aidé à éviter la procrastination est Comment écrire un article de blog percutant en 1 heure chrono

Pour votre santé,

Stéphane

 
 
Summary

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.