Calculs rénaux, comment prévenir les récidives ?

Les calculs rénaux et les douleurs de coliques néphrétiques, j’espère ne jamais avoir à surmonter cela. Et je l’espère pour vous aussi.

Malheureusement, les calculs rénaux deviennent de plus en plus fréquents. Arrivé à l’âge de 70 ans, environ 11% des hommes américains auront eu un épisode de calculs rénaux. Pendant ce temps, l’incidence des calculs rénaux aux États-Unis a bondi de près de 35% entre 1980 et 1994. Remarque intéressante, cette augmentation est parallèle à l’augmentation de l’obésité.

Les calculs rénaux et les coliques néphrétiques qui en découlent sont extraordinairement douloureux, on donc tous intérêt à prévenir les récidives.

Qu’est ce qu’un calcul rénal ?

Nos reins gardent notre sang propre en éliminant les déchets par l’urine. Lorsqu’il y a un excès de déchets ou pas assez de volume de liquide, l’urine devient sursaturée, les déchets peuvent s’agglomérer et cristalliser et une pierre peut se former. Les pierres peuvent être minuscules comme un grain de sable ou grand comme une balle de golf.

Les calculs peuvent traîner dans les reins pendant des années sans créer d’obstruction. Mais quand un calcul rénal bloque l’uretère, la douleur survient, c’est la colique néphrétique. Le canal de l’uretère se rétrécie près de l’entrée de la vessie, c’est là où la plupart des pierres se bloquent. Comme les cailloux peuvent avoir des arêtes vives et épineuses, elles peuvent blesser l’uretère. S’ensuit un écoulement sanguin dans les urines. Si vous voyez du sang dans vos urines lors des mictions, il serait préférable d’aller consulter au plus vite avant que la douleur ne s’accentue.

Les spécialistes pensent que les gens qui forment des calculs rénaux manquent de produits chimiques spécifiques dans l’urine pour les prévenir, appelé inhibiteur de cristallisation comme le citrate, le magnesium, les mucoproteines TammHorsfall, glycosaminoglycane, pyrophosphate. D’autres facteurs comme l’hypertension artérielle, les maladies cardiovasculaires, le diabète de type 2, et l’obésité, peuvent également augmenter vos risques.

Heureusement, vous pouvez limiter vos risques avec ces conseils nutritionnels de base.

Buvez beaucoup d’eau

Obtenir suffisamment de liquide est vital pour la prévention des calculs rénaux. Sans eau à un niveau suffisant, l’urine devient plus concentrée, conduisant potentiellement à la formation de cristaux.

D’autre part, les jus de fruits sucrés et les boissons de Cola semblent augmenter le risque de former des calculs. Continuez à boire de l’eau et les aliments riches en eau comme les concombres, les melons et la pastèque. Buvez au minimum deux litres de liquide par jour ; plus si vous faites du sport ou transpirez.

Petite astuce : ajouter une pression de citron à votre eau ; le citrate contenu dans les citrons peut aider à protéger contre les récidives de calculs rénaux.

Équilibrez vos apports en protéine avec des fruits et des légumes

Les études suggèrent que les personnes qui mangent un régime alimentaire à base de plantes ont tendance à avoir une incidence plus faible de calculs rénaux (environ le 1/3). Une des raisons peut être que les protéines animales rendent l’urine plus acide, ce qui peut contribuer à la formation de certains calculs rénaux.

Remarque : vous n’avez pas à manger moins de viande pour éviter les calculs rénaux. Plutôt, équilibrer l’acidité des protéines en mangeant des fruits et des légumes proportionnellement à votre consommation de protéines.

Equilibrer votre consommation de calcium

Des niveaux plus élevés de calcium dans l’urine peuvent augmenter les chances de calculs rénaux pour certaines personnes. Le calcium est le minéral le plus abondant dans les calculs rénaux.

Mais un régime à faible teneur en calcium peut aussi être dangereux. Le calcium peut aider à nettoyer les déchets avant qu’ils ne soient filtrés par les reins et un manque de calcium peut effectivement conduire à l’accumulation de calcium dans l’urine et au final à des calculs rénaux.

Donc, chercher des sources alimentaires saines de calcium, il suffit de le consommer avec modération.

Evitez les compléments de calcium sans en avoir informé votre médecin de votre historique de calculs rénaux.

Diminuez votre sodium

Des niveaux élevés de sodium dans l’alimentation peuvent augmenter le risque de calculs rénaux.

Dans le régime typiquement occidental, la plupart du sodium provient d’aliments transformés. Vous pouvez limiter votre consommation de sodium considérablement simplement en passant à des aliments entiers non transformés. Rien que cela peut grandement diminuer la quantité d’oxalate et de calcium dans l’urine et donc réduire votre risque de récidives.

Abandonnez les régimes Yo-Yo

Les grands repas et le grignotage, surtout la nuit, peuvent conduire à une urine très concentrée. En outre, le régime Yo-Yo décompose à plusieurs reprises la graisse corporelle stockée, ce qui crée des sous-produits métaboliques qui doivent filtrer à travers les reins. Ces sous-produits tendent à rendre l’urine plus acide, ce qui peut conduire à des calculs rénaux.

Pendant ce temps, les régimes riches en graisses/protéines et faible en glucides peuvent augmenter l’acidité urinaire, le citrate urinaire diminue, et le calcium urinaire augmente, ce qui peut contribuer à la formation de nouveaux calculs rénaux.

Conclusion

Vous avez peut-être remarqué que tous ces conseils sont des principes de base d’une alimentation saine. Même si vous n’êtes pas une personne à risque pour les calculs rénaux, une alimentation équilibrée et une bonne quantité d’eau ne vous fera que du bien.

Pour votre santé,

Stéphane Holistique

Recherches utilisés pour trouver cet article : goutte et coliques nephretiques,naprosyn colique nephretique,calculs renaux,hypercalciurie,pert on du poid quand on a des calcul renal,prévenir calculs rénaux,prévention colique néphrétique
 
 
Summary

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.